Que faire si une tempête vous frappe en mer
Denis Korablev
  • 01.10.2021
  • 511

Que faire si une tempête vous frappe en mer

Un plaisancier doit toujours être prêt pour toutes les surprises, y compris le mauvais temps. Vous pouvez vous renseigner à l'avance sur l'approche d'une tempête, grâce à des prévisions et des observations personnelles. S'il est possible de traverser la tempête dans une marina sécurisée, un skipper expérimenté choisira cette option. Ceux qui se retrouvent dans une tempête en haute mer réussissent le véritable test de leurs compétences en navigation, le travail bien coordonné de l'équipage et la manifestation de courage. Il est très important de connaître à l'avance l'approche du mauvais temps, car beaucoup dépend de la préparation à l'approche d'une situation extrême.

Si l'approche d'une tempête rattrape le yacht en haute mer, il faut agir vite et harmonieusement, car généralement le grain approche rapidement. Une tempête de yacht n'est pas le test le plus meurtrier mais dangereux. Aussi étrange que cela puisse paraître, la petite coque en bois apparemment fragile d'un voilier a un avantage multiple sur les énormes bateaux à moteur dans les chances de survivre à une tempête. C'est dans cette situation que se manifeste le vrai caractère de chacun et de l'équipe dans son ensemble.

Si le yacht est petit et que l'équipage est réduit, l'utilisation d'une liste de contrôle est une excellente solution. Pour ceux qui entrent dans une tempête pour la première fois, une telle feuille est un must. La liste de contrôle pré-remplie comprend des instructions étape par étape pour faire face à une urgence, la liste de contrôle contient des notes sur l'emplacement des choses nécessaires. Une liste aussi détaillée - instruire, remplir le rôle d'un camarade qui donne un indice au bon moment, ne laissera pas un skipper inexpérimenté se confondre. Le premier élément sur une telle feuille devrait être les voiles et le gréement. La préparation du gréement pour une tempête commence par le remplacement d'une trinquette ordinaire par une voile tempête. Par vent frais, la trinquette posée sur la trinquette intérieure est plus facile à retirer que le foc plus éloigné du mât, surtout si l'équipage est réduit. Les petits yachts sont plus faciles à manier avec une voile de tempête sur la trinquette plutôt qu'un rail de foc. Ensuite, la grand-voile est abaissée et fixée sur la bôme. S'il n'y a qu'un seul rail sur le mât pour hisser la voile, le trisel n'est installé que lorsque la grand-voile est complètement retirée. Lorsque les feuilles de trissel sont fixées, elles sont soulevées et alignées avec le vent.

Ensuite, vous devez faire attention à l'état du pont. Les lignes de sécurité et les mains courantes sont soigneusement vérifiées, toutes les ouvertures de pont doivent être bouchées, les écoutilles et hublots sont scellés. Il devrait y avoir duplication de la fixation des bidons, ancres, autres équipements situés sur le pont. Le moteur à saumure est amené à l'intérieur, la saumure elle-même est dégonflée et solidement fixée sur le pont. Tous les objets en vrac sont retirés du cockpit, l'auvent du cockpit et le bimini sont repliés et dépliés. Les couvercles des coffres et des casiers sont fermés et fixés, le radeau de sauvetage est contrôlé.

Vient ensuite le tour des sous-ponts. Tous les objets pouvant glisser ou tomber en roulant sont retirés et attachés, les portes des armoires et des tiroirs sont fixées de la manière la plus fiable possible. Les couchettes sont comblées et les filets de fixation sont resserrés. L'emballage de secours est en cours de vérification, le fonctionnement des pompes de cale, des bouées de secours, le matériel est en cours de vérification (AIS, radar). Un essai, test de démarrage du moteur est effectué. Et le plus important, c'est la sécurité ! L'équipement tempête, les gilets de sauvetage et les harnais sont récupérés et vérifiés.

Si une tempête a dépassé un yacht avec un équipage habité loin de la côte, la préparation avant la tempête est effectuée presque selon le même calendrier que sur les yachts plus petits, avec cependant quelques particularités, car la responsabilité du capitaine pour les vies de personnes augmente considérablement. Le capitaine du yacht, en particulier sur le yacht affrété, assume la responsabilité de prendre les décisions clés et finales. Sa présence dans les situations les plus dangereuses et difficiles remonte le moral de l'équipage.

Démontrant un exemple de persévérance et de courage, le capitaine donne des ordres avec clarté et assurance, encourageant les actions de l'équipage et signalant les erreurs. Et laissez parfois passer le blasphème - plus tard, ils s'en souviendront avec un sourire. Après avoir évalué la situation, le capitaine, en tenant compte de la force de la tempête qui approche, de l'état technique et du type du yacht, de l'expérience et du travail d'équipe, choisit la tactique pour faire face aux éléments. Le journal de bord se remplit et les coordonnées sont marquées sur la carte. Les fusées éclairantes blanches, conçues pour avertir un autre navire d'une approche dans l'obscurité, sont placées dans un sac ou un sac étanche. Les feux de position sont vérifiés, le feu de mouillage et de tête de mât doit fonctionner correctement.

Travailler avec l'équipage, en premier lieu pour le capitaine. Les commandes doivent être claires et logiques. Le capitaine est tenu de suivre les travaux préparatoires d'urgence sur le pont, vérifier la fiabilité de la fixation de l'ancre, du seau, de l'échelle, du radeau. Les orifices de vidange du cockpit doivent être ouverts, le tuyau d'échappement, au contraire, doit être fermé. L'ancre flottante et les câbles de remorquage doivent être préparés à l'avance et être à portée de main.

Le travail nécessaire est effectué dans la soute, toutes les choses, articles et la cargaison transportée sont solidement attachés. Toutes les trappes et hublots doivent être hermétiquement fermés. Les voiles de tempête sont préparées et déplacées vers un endroit où elles peuvent être facilement récupérées si nécessaire. Le travail des pompes de cale pour le pompage de l'eau est vérifié.

Un test de démarrage du moteur est en cours. Pendant une tempête, vous ne devez pas vous fier uniquement au pilote automatique ou au moteur, comme le montrent les statistiques, ils peuvent tomber en panne au moment le plus inopportun. Alors qu'il navigue dans un parcours au vent dans une tempête, le capitaine doit essayer d'aider le barreur par des conseils et des actes.

Non seulement la préservation du parcours dépend de l'habileté du barreur, mais aussi de la capacité de survie du navire, de l'incapacité de rencontrer la vague ou de la soumission du côté du bateau à une trop grosse vague - toutes ces erreurs de calcul de la barreur peut finir en catastrophe. En situation orageuse, le barreur doit être l'incarnation de l'attention, calculant chacune de ses manœuvres, virant de bord correctement, tout en gardant un œil sur la direction du vent. Si le capitaine s'aperçoit que le barreur supporte à peine le volant, que le navire gîte de plus de 30°, que le côté sous le vent touche l'eau et que le bateau bat de plus en plus contre la vague - alors il est temps de prendre les ris.

L'action principale et principale de l'équipe est de ris les voiles, puisque la voile (s'il n'y a pas de moteur) est la principale force motrice du yacht. Rester sans voiles pendant une tempête (et, très probablement, sans mât) signifie devenir un jouet des éléments déchaînés, mettant les personnes et le navire en danger de mort. Les compétences de voile doivent être pratiquées jusqu'à l'automaticité. Il est nécessaire de remplacer les voiles ordinaires par des voiles tempête. Après avoir terminé le travail avec les voiles, vous pouvez vous lancer dans la dérive.

Vous pouvez dériver sous voiles ou sous espar. Pour revenir au cap souhaité, un vent de face est effectué à l'aide d'un tourmentin. Ancre dérivante, utilisée lorsque la tempête atteint 10 sur l'échelle de Beaufort. L'ancre flottante sert de frein pour garder le contrôle du yacht.

La dérive n'est pas la seule technique de tempête. Si la situation s'aggrave, le capitaine, par sa décision, applique la technique du « storm escape ». Dans le même temps, le yacht s'allonge sur une route plus sûre, se déplaçant avec la vague, utilisant une ancre flottante pour baisser la vitesse à 5 - 6 nœuds. Cette vitesse est la plus optimale, une vitesse inférieure ou supérieure entraînera une perte de contrôle du yacht. Si l'ancre flottante ne peut pas freiner efficacement le navire au niveau requis, des câbles de remorquage sont utilisés. Bien sûr, le yacht peut s'abîmer voire chavirer, mais la conception du voilier, qui a une quille lourde, lui permet de revenir à sa position précédente. La tâche de l'équipage en cas de tempête est de tout mettre en œuvre pour préserver la coque, les espars et l'appareil à gouverner du bateau. Si chaque membre de l'équipage connaît et comprend clairement ses actions à l'avance, le navire sortira victorieux de la bataille contre les éléments.

Selon les experts 2yachts, il existe de nombreux cas où les plaisanciers sont le plus souvent sortis de l'eau , situations désespérées. La mer ne pardonne pas l'indiscrétion et la négligence, une telle attitude à son égard sera sévèrement punie. Au fil du temps, un bon plaisancier acquiert de l'expérience, il commence à ressentir et à aimer son navire, il a la capacité de prendre rapidement et avec précision des décisions importantes et opportunes. Les sciences marines ne nécessitent pas de connaissances académiques. L'expérience, les connaissances, l'intuition, l'autodiscipline et la confiance en soi aideront à résister à la tempête la plus violente.