Comment un plaisancier débutant peut-il apprendre à comprendre le vent ? Conseil d'Expert.

Comment un plaisancier débutant peut-il apprendre à comprendre le vent ? Conseil d'Expert.

L'histoire de l'utilisation de l'énergie éolienne pour naviguer sur les mers et les océans remonte à plusieurs siècles.

Le vent remplissait les voiles du légendaire "Argo", le vent traître empêchait Ulysse de retourner dans son Ithaque natale. La force du vent a rempli les voiles de Colomb, aidant à se diriger vers l'objectif souhaité - la découverte de nouvelles terres.

Le développement technique de l'humanité n'a pas affecté l'habitude d'utiliser la voile, seul le nombre de voiliers a diminué. Mais, même le voilier le plus primitif devrait prendre la mer sous la direction d'un plaisancier qui comprend le vent.

Que signifie le terme « apprendre à comprendre le vent » ?

Comme de nombreux siècles passés, le vent reste l'élément principal du revêtement, remplissant les voiles et étant le moteur naturel et naturel de tout yacht.

Pour naviguer en toute sécurité, un navigateur novice doit non seulement connaître l'équipement de navigation, mais également évaluer correctement la situation avec le vent, être capable de déterminer sa direction, sa vitesse et les changements possibles du flux d'air. Apprendre à identifier de tels changements est une compétence très nécessaire qui vous aidera à utiliser efficacement toute la force du vent. La capacité d'évaluer correctement la force et la direction du vent vous aidera à apprendre à naviguer sur le bateau même contre le flux d'air venant en sens inverse. Il faut comprendre qu'une voile remplie de vent est comme l'aile d'un avion, créant une portance tout en propulsant le yacht vers l'avant.

Sortir en mer à la voile est une sorte de rituel, dont tous les moments ont un sens, aidant le plaisancier à réussir son voyage. Il est impossible d'ignorer les traditions séculaires, prouvées par l'application pratique.

Avant de quitter la marina, tout plaisancier détermine la force et la direction du vent.

Il existe une terminologie de base du vent. Ce sont les termes « sous le vent » et « au vent » du navire.

En prêtant attention au mât supérieur, à la girouette, à la force du drapeau et à l'état de la surface de l'eau, les plaisanciers attentifs peuvent déterminer assez précisément la direction et la force du vent.

L'habitude d'utiliser vos observations aidera un marin novice, par la couleur de l'eau ou l'apparition de calottes blanches sur la crête d'une vague, à déterminer l'évolution du vent ou de ses rafales. L'expérience des marins des voiliers des siècles passés a laissé aux plaisanciers modernes de nombreux signes qu'il ne faut pas ignorer. De tels signes disent à propos du vent :

  • à la tombée de la nuit le vent tombe (sinon, le temps va sûrement se dégrader) ;
  • la vitesse maximale du vent est fixée à 13 - 14 heures;
  • de fortes rafales de vent prédisent son intensification ;
  • augmentation du vent après une pluie prolongée - pour améliorer le temps;
  • une forte augmentation du vent après la pluie - un grain est possible;
  • le vent se calme pendant une tempête - très probablement, il changera de direction.

Les marins plus expérimentés tiennent compte des différences de vent en distinguant le vent réel du vent apparent.

Le vrai vent est le vent qui rafraîchit le plaisancier immobile.

Le vent de fanion est déterminé en additionnant le vent réel et le flux venant en sens inverse qui se produit lorsque le yacht se déplace. Il est tout à fait logique que si le vent réel est un vent de face ou un vent de travers, le vent apparent soufflera plus fort et, par conséquent, le vent apparent faiblira avec un vent arrière. Ces facteurs affectent directement la vitesse d'un voilier.

Le vent apparent atteint sa vitesse maximale sur certains parcours (de gulfind à beydewind), et tombe à un minimum sur le parcours fordewind.

Contre le vent, le voilier ne peut pas bouger - la voile flottera inutilement. Cette position du navire est appelée Head to Wind - une zone morte.

Pour cette raison, le rapport du bateau et de la voile à la direction du vent est essentiel en navigation. La grande majorité des voiliers peuvent naviguer par rapport au vent, avec un cap d'au moins 45 degrés.

Les experts conseillent aux plaisanciers novices d'apprendre et de mémoriser certains termes les plus couramment utilisés en voile :

  • au portant : déplacement du bateau par bon vent ;
  • côté au vent : le côté ou la direction d'où souffle le vent ;
  • côté sous le vent : le côté opposé au côté au vent ;
  • amure tribord : lorsque le côté au vent est du côté tribord du yacht ;
  • bâbord amure : bâbord, côté au vent ;
  • plomb au vent : accélérer le bateau en changeant de cap, plus net par rapport au vent ;
  • culbuter face au vent : ralentir, en augmentant l'angle entre la direction du vent et le plan médian du yacht.

Le plan diamétral est la ligne imagée courant exactement au milieu du yacht (de la proue à la poupe).

Lorsque vous vous déplacez dans une certaine direction avec un vent de face, le virement de bord est utilisé - une série de manœuvres ressemblant à un zigzag, tout en changeant de virement de bord. Le virement de bord s'effectue lors d'un dépassement de virage (dans ce cas, la proue du voilier coupe la ligne de vent), ou de fordewind (la poupe traverse la ligne de vent).

Le virage overschlag commence par une légère inclinaison du bateau (de 5 à 10 degrés), du côté sous le vent. Dans le même temps, le bateau reçoit une impulsion qui lui permet de se déplacer sur une distance de plusieurs coques contre le vent. Le bateau va côte à côte pendant quelques minutes, vous permettant de faire attention à la préparation du prochain virage. Lorsque la proue du bateau franchit la ligne de vent, les voiles seront écailleuses, mais dès que la trinquette commence à se remplir d'air, elle doit être relevée. La grand-voile tourne toute seule, mais il faut faire attention à la bôme.

Plus les virages à 90 degrés sont fréquents, plus le bateau remontera au vent rapidement.

Le virage fordewind est effectué en guidant la poupe à travers la ligne de vent. Il convient de garder à l'esprit que lors du virage du vent de fore, un angle de quelques degrés seulement est pris, mais pas de 90, comme dans l'overschlage. Le bateau perd de sa stabilité en virant au vent, une dérive légèrement abaissée le compense, mais la manœuvre doit être effectuée en douceur, sans virages brusques du safran. Lorsque le yacht passe la ligne de vent à l'arrière, la grand-voile est lancée doucement et proprement, et l'équipage du navire transfère le poids vers le côté au vent, augmentant la stabilité du bateau.

Le fordewind et le overslag sont effectués par de fréquents virements de bord, par rapport au vent de face, se déplaçant en zigzag (manœuvres).

Lors de l'exécution de ces manœuvres, un travail bien coordonné et amical de toute l'équipe est plus que jamais nécessaire. La tâche principale lors des manœuvres est de ne pas entrer dans la "zone morte" (leventique).

La marche facile et rapide contre le vent est difficile à appeler, mais un gain de temps et une formation aux manœuvres sont fournis. L'efficacité de la rotation fordewind est considérée en fonction des caractéristiques et du type de bateau.

Le yachting, en tant que forme de loisir, donne une chance de devenir un vrai loup de mer à une personne de tout âge et de toutes caractéristiques physiques. Combinant un extrême inimaginable et de merveilleuses vacances, le yachting a depuis longtemps cessé d'être le privilège des riches. Aujourd'hui, le coût d'une croisière hebdomadaire en charter ne dépasse pas le coût de la vie à l'hôtel, confirmant le caractère démocratique de ce type de vacances.

L'essentiel est le désir d'apprendre un travail difficile, l'attention et la concentration en nageant.

Un vent favorable!

La discussion

Pour ajouter un commentaire, veuillez vous connecter